• Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

© 2019 by MagR. Proudly created with Wix.com

Bordeaux Libourne

Lame Acier ou Lame Duraluminium ? Good question !

February 23, 2019

Le choix des armes a toujours été très problématique pour ma part.

 

La répétition des gestes en entrainement, m'a conduit à faire des choix tant pour la préparation des spectacles que pour la scène. Subissant régulièrement des tendinites, mon corps ne supportant pas des charges trop lourdes, la question du poids a toujours été LA priorité.

L'escrime de spectacle peut être parfois violente pour le corps surtout si nous ne sommes pas attentif aux petites douleurs, qui arrivent insidieusement sans rien dire... N'oublions pas que l'arme est le prolongement de notre bras. Si un déséquilibre trop important se fait sentir, le corps compensera dans le mauvais sens et cela pourra conduire à la blessure.

 

J'ai testé les deux lames en entrainement et en spectacle, en solo et en duo. Et j'en ai déduis des conclusions plutôt surprenantes pour une puriste de l'acier que j'étais.

 

Lame Acier Vs...

 

Une lame acier peut avoir un certain poids, surtout si on utilise les lames plates de spectacle. J'ai commencé l'escrime de spectacle, il y a presque 20 ans maintenant, au sabre moderne. J'étais déjà habitué à une certaine légèreté qui me permettait une aisance dans les poignets et dans la vitesse d'exécution des actions main- bras.

J'ai toujours recherché cela dans une arme. Si la main supporte un poids idéal, je peux me permettre de bouger différemment avec mon corps et donc d'évoluer comme je le souhaite.

Mon arme préférée ? Mon petit sabre spécialement monté avec une lame "Maraging". Légèreté et rapidité, qui m'ont valu un joli titre mondial. J'avoue ne pas arriver à m'en passer, et même lorsque que je prend une épée de cours ou une rapière montée en lame acier léger, l'appel du "sabre Maraging" se fait entendre.

Cette arme, à la fois d'entrainement et de spectacle, m'a permis d'acquérir une technique de main sur des actions demandant très peu d'amplitude, d'augmenter la fréquence de mes déplacements, pour que la pause de mon pied se coordonne avec ma main. D'acquérir de la dextérité sur l'ensemble du corps.

Bref une histoire d'amour...

 

 

 

...lame Duraluminium

 

Si j'ai une histoire d'amour avec mon "sabre", pourquoi avoir basculé du côté "Dural"  me diriez-vous ? Et vous avez raison, la question peut se poser.

Et bien tout simplement par curiosité au départ. Connaissant l'un des principaux fournisseurs français en dural, j'ai acquis ma première lame il y a 2 ans.

Changement radical. Montée sur une garde légère épée de cour, l'arme a du style et de la "gueule". Il me fallait la tester en condition d'entrainement et de spectacle.

Première étape en solo. Les premiers entrainements fut déstabilisant. J'ai du laissé l'arme de côté les premiers temps et travailler au sabre moderne, prenant l'arme qu'en fin de séance. Puis est arrivé la scène. Il est difficile de se souvenir de ses propres sensations sur scène. Etant toujours dans un état second, j'ai toujours du mal à me rappeler de ce qui se passe pendant 3 voir 4 mn. Alors visionage vidéo ! et là le choc ! manque de fluidité, de précision, trop d'amplitude dans certaines actions, donc perte de vitesse et de fréquence dans les jambes. La conclusion n'était pas glorieuse et j'en fut déçue. 

La lame "Dural" n'était pas faite pour mon travail de solo. J'avais perdu la maitrise que j'avais acquis. Cependant, la luminosité de la lame sur scène et son rendu avec les lumières permettait de lire les actions avec plus de clarté. D'où le fait de voir tous les défauts ! 

 

 

 

Etait-ce le manque d'entrainement avec cette arme ? L'habitude de la lame acier ? J'avais l'impression d'avoir loupé une étape...Et je restais dans le questionnement.

 

Et le Médiéval vint !

 

N'étant pas une adepte de l'escrime Médiévale, pendant très longtemps j'ai du laisser de côté cette technique, pour des raisons évidentes de poids des armes. Je me consacrais plus au travail du bâton et de la dague.

Puis la curiosité me titillant à nouveau (on ne se refera pas !!!), j'ai testé, toujours chez mon fournisseur "Dural", les armes Med. Et là, paff ! la baffe... Légèreté, maniabilité. Rien à voir avec la précédente épée de cour. J'étais conquise. Et l'idée arriva...

Nous avions un numéro en préparation rapière - épée Med, si on tentait le tout en "Dural" ? J'ai du convaincre ma partenaire et son scepticisme pouvait se comprendre. Grande habituée des armes Med acier, elle fut surprise de la légèreté de l'arme "Med-Dural". Jusqu'à se rajouter des poids aux poignets pour les répétitions pour ne pas être déstabilisée !

Je repris donc mon épée de cour en "Dural" et nous nous lancions dans l'aventure. Entrainements puis spectacle. Et re-viosanage vidéo ! Et là surprise. Plus rien à voir avec le solo. Est ce que le travail en duo avait gommé les imperfections ? Je pense. Le solo demande une maitrise et une perfection dans la précision, l'a-peu-près n'a pas sa place.

En duo c'est différent. La vitesse peut être ralentie,  le partenaire va compenser les petites imperfections techniques. Le fait de ralentir la gestuelle, de mettre plus d'amplitude, permet aux yeux du spectateur de lire les actions, de comprendre ce qui se passe. Et le must : le bruit des lames et la prise de lumière. Oui les lames en duraliminium sont faites pour le spectacle, quand il s'agit de prendre la lumière !

 

 

 

En conclusion

 

J'apprécie les deux. La lame acier pour les entrainements et le spectacle en solo et en duo, et la lame "Dural" pour le spectacle en duo pour en mettre plein la vue !

On pourra toujours tergiverser, débattre, je pense que le meilleur moyen de se faire une opinion est de tester dans différentes situations de spectacles. Et surtout regarder les vidéos, juges de paix en la matière. Si la précision n'y est pas, l'arme n'est pas adaptée, ou alors on repars en salle d'armes prendre la leçon et travailler avec l'arme en question.

Mais avant tout ce que j'écoute c'est mon corps. En solo, la lame "Dural" bloquait mon aisance, en duo lame acier ou "Dural" les deux m'ont procuré de bonnes sensations. Donc je vais continuer à travailler avec les deux, en étant attentive sur mes choix d'armes pour les numéros futurs.

Et je dois l'avouer le "Dural" m'a réconcilié avec le Médiéval. Je peux aujourd'hui m'entraîner et enseigner le Médiéval, chose que je me refusais jusqu'à présent.

Mon sabre "Maraging" a repris le chemin des répétitions et pour bientôt la scène pour un nouveau numéro inédit et pleines de surprises artistiques.

 

Je  peux que vous conseiller de vous faire votre propre opinion en testant par vous-même. Les avis pouvant être différent d'une personne à une autre. Ma partenaire a repris son arme acier Médiévale, préférant son inertie.

 

Le principal est d'être à l'écoute de "soi-même", c'est le meilleur juge qui soit !

 

Le solo avec une lame en acier : 

 

 

Le même solo avec une lame en duraluminium : 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload